École Militaire Annexe des Transmissions d'Air de France: Les Bâtiments
Dernière mise à jour le 17 octobre 2014
Retour vers Sommaire
Plan de l'EMAT/AFN Historique de l'EMAT/AFN Les Bâtiments
Les Anciens Les Activités Techniques Les Cérémonies
La Publicité Le Fort de Bouzaréah Aumale et Ben-Aknoun
Quelques vues des bâtiments de l'EMAT/AFN avec des indications et des commentaires de Théo Bruand d'Uzelle (qui demandent à être confirmées par d'autres anciens de l'EMAT/AFN) et ainsi que des informations trouvées sur la page historique de l'École Militaire Annexe des Transmissions d'Afrique du Nord (1952-1962) du site des Anciens des École des Transmissions.
Les différents bâtiments sont nommés sur le plan de l'école intégré au plan d'Air de France
Vue aérienne d'Air de France vers 1960. En passant le curseur près des point blancs vous verrez apparaître les noms des routes de Bouzaréah et de Béni-Messous, des installations de l'EMAT, de la laiterie Djaffer, de l'école primaire en préfabriqué, de l'école mixte d'application, de la mairie annexe du 7ème arrondissement du Grand Alger, du collège Baranès et de la cité Fougeroux.
Précisions de Pierre Vantalon : quatre bâtiments recevaient la troupe, le 4ème était celui de la Compagnie d'École et des services administratifs. La zone demi-ronde, un peu plus bas, c’était le terrain de sport.
Bâtiments "Troupe" Restauration Cuisine Place d'Armes Poste de Police Bâtiment "Technique" Laiterie Djaffer Bâtiment "Instruction" (en construction) Bâtiment "Atelier Auto" (en construction) Lotissement Lafumée Lotissement Bachelier
Vue générale de l'EMAT/AFN encore en construction vers 1960. En passant le curseur près des point rouges vous verrez apparaître les noms des installations de l'EMAT : Poste de Police, Place d'Armes, Restauration, Cuisines, Bâtiment "Technique", Blocs "Troupe", Atelier Auto, "Instruction" (le bâtiment "Commandement", le Mess mixte et l’Infirmerie ne verront jamais le jour)
Christian Roux se souvient qu'il existait, en 1961-1962, une aile du bâtiment restauration réservée aux sous-officiers qu'on appelait le mess. Cette aile est celle située le plus près du bâtiment A ou T1 de la troupe où nous avions nos chambres. Il s'agissait d'un mess qui devait accueillir les seuls sous-officiers.
Vue générale de l'EMAT/AFN "définitive" en 1961. En passant le curseur près des point rouges vous verrez apparaître les noms des installations définitives de l'EMAT : Poste de Police, Place d'Armes, Restauration, Cuisines, Bâtiment "Technique", Blocs "Troupe", Atelier Auto, Instruction (le bâtiment "Commandement", le Mess mixte et l’Infirmerie ne verront jamais le jour).
Christian Roux se souvient qu'il existait, en 1961-1962, une aile du bâtiment restauration réservée aux sous-officiers qu'on appelait le mess. Cette aile est celle située le plus près du bâtiment A ou T1 de la troupe où nous avions nos chambres. Il s'agissait d'un mess qui devait accueillir les seuls sous-officiers.

Retour haut de page
Bâtiment Technique Bâtiment Instruction Place d'Armes Poste de Police Restauration et Cuisine Blocs "Troupe" Lotissement Clairval Route de Béni-Messous Entrée de l'EMAT
L'EMAT vers 1960. En passant le curseur près des carrés blancs vous pourrez localiser, au premier plan, la route de Béni-Messous et, près des points rouges, l'entrée de l'école et le Poste de Police, un nouveau bâtiment en construction devant la Place d'Armes. A gauche le bâtiment technique, et au fond, les villas du lotissement Clairval. A droite le bâtiment réfectoire-services généraux et les bâtiments "Troupe" T1 à T4 (ou A à D)
Précisions de Pierre Vantalon : je ne crois pas que le Service Général, domaine du célèbre capitaine Galipienso, était accolé au bloc restauration, mais qu'il était plutôt accolé à l’arrière du poste de police
Selon les souvenirs de Christian Roux (retrouvés dans des courriers à ses parents), L'affectation des bâtiments en janvier 1962 était la suivante.
Bâtiment A ou T1: 1er GI (Groupe d'instruction) Peloton d'élèves sous officiers d'active PESOA, RDC et 1er étage, peloton d'élèves officiers de réserve EOR 2ème étage.
Bâtiment B ou T2 : 3ème GI, Peloton de stagiaires appelés et en partie l'infirmerie (le médecin aspirant appelé devait s'appeler Cuvellier).
Bâtiment C ou T3 : 2ème GI, Peloton de sous-officiers en formation pour des spécialités transmissions, salle de cours et peut-être logements pour les sous-officiers de passage en formation.
Bâtiment D ou T4
: 4ème GI, PFAT et commandement EMAT, compagnie de services ?, fourrier.
Précisions de Pierre Vantalon : le quatrième bâtiment était celui de la Compagnie d'École et des services administratifs.

Retour haut de page
Commentaires de Théo
Le Poste de Police où se tenait le service de garde journalier pour l'ensemble du camp, avec chef de poste, officier de Permanence et les effectifs de garde. Prison militaire du corps incluse au bâtiment. Dans ce même bâtiment se trouvait l'Infirmerie où nous avons reçu nos piqûres d'incorporation et le central téléphonique. Ce poste de Police se trouvait à l'entrée principale de l'École située rue de Touraine (ou route de Béni-Messous), avec une grille monumentale.
Derrière le poste, en contrebas, dans une espèce de carrière assez profonde se trouvait la piste FRAC (Formation Rationnelle Accélérée de Conducteurs) où l'on apprenait à conduire sur Jeep.
En face de l'entrée du camp, rue de Touraine, se trouvait une petite épicerie-bazar-restaurant-laverie tenue par un pied-noir je crois. Bien entendu nous l'avions appelé "Chez la Mère Cassebite" comme dans tous les camps militaires de France et de …Algérie ! J'enrage de ne pas pouvoir retrouver son nom véritable ? Mémoire…mémoire…50 ans après.
Grâce aux renseignements fournis par Guy "Matou" Olivès, notre ami Francis nous a rappelé son nom de famille : Mr Morgeant.
Au premier plan, le bâtiment "Technique" mis en service en août 1958. Au fond, derrière le bâtiment"Restauration", les quatre blocs "Troupe" dont les deux premiers bâtiments seront mis en service en avril 1955, le troisième en février 1958, et le quatrième en août 1958. En haut, à gauche, une partie du lotissement "Clairval".
Christian Roux : En juin 1962, le Colonel Jean-Baptiste ROUX a déménagé provisoirement le Commandement des Transmissions et s'est installé avec les antennes dans le bâtiment T3 de l'EMAT/AFN alors commandée par Lieutenant-colonel Parison
La Place d'Armes avec, à droite, le bâtiment "Technique" et, à gauche, le bâtiment "Restauration". En 1961 ou 1962 (probablement entre le putsch du 22 avril 1961 et le soi-disant "cessez le feu" du 19 mars 1962, des témoins ont vu un hélicoptère qui tournait au dessus de l'EMAT avant de se poser dans la caserne. Ils virent alors le colonel ou lieutenant- colonel (Haricot ou Parison ?) quitter, d'un pas très pressé, le bâtiment "Commandement"... L'hélicoptère, équipé d'un détecteur goniométrique, avait détecté une émission pirate... Elle provenait du bâtiment "Technique". Bien que cet évènement n'ait été confirmé par aucun communiqué ou note officielle, l'information a circulé de bouche à oreille et a été connue de tous.
Commentaires de Théo : Photo prise depuis le toit du T2. La place d'Armes montre son immensité avec au fond à gauche le Poste de Police et l'entrée du Camp et à droite, imposant aussi par sa masse, le bâtiment "Technique". Les piétons donnent une idée de l'échelle approximative.
Photo du bâtiment "Technique" prise depuis la Place d'Armes avec les "flotilles" de Simca Cargo, GMC (CCKW353) et Dodge (WC51 ou 52 et WC 62) et une camionette Renault
Le bâtiment "Technique". A gauche, partiellement masqué, un half-track M3 (datant de la 2ème Guerre Mondiale !) et à droite une camionnette Renault.
Les bâtiments "Technique" (à droite) et "Instruction" (à gauche)
Autre vue du splendide bâtiment "Technique"
Commentaires de Théo Photo prise du toit terrasse du bâtiment dit "Services Généraux, Réfectoire, Cuisines et Installation Frigo" en direction du bâtiment dit "Technique" où se trouvait sur le toit-terrasse l'émetteur de secours de Radio-Alger. Ces deux bâtiments étaient de part et d'autre de la Place d'Armes avec en son centre le mât aux couleurs. Dans ce bâtiment Technique il y avait en sous-sol et sur l'arrière du bâtiment le Service Auto du camp et le Service Essence. En 1959, j'ai connu les salles de cours technique dans ce bâtiment où j'ai été instructeur "dépannage télétype" et "exploitation télétype" pour des appelés du contingent.
Commentaires de Christian Roux
Dans le bâtiment technique et dans les cuisines, travaillaient des personnels civils. Je me souviens d'un autocar qui les transportait et faisait la navette vers Alger, puisqu'une fois nous étions montés à bord avec un copain ESOA pour escorter ce véhicule, suite à un appel à volontaires, sollicités par notre hiérarchie.
Précisions de Pierre Vantalon : je ne crois pas que le Service Général, domaine du célèbre capitaine Galipienso, était accolé au bloc restauration, mais qu'il était plutôt accolé à l’arrière du poste de police

Retour haut de page
Au centre, terminé en août 1960 avec deux autres réfectoires, le bâtiment restauration, dans lequel deux réfectoires avaient été mis en service dès juin 1955 .
Christian Roux a retrouvé dans des courriers adressés à ses parents : "début mars 1962, 7 moutons sont tournés à la broche sur la pelouse derrière les cuisines du bâtiment Restauration lors d'un méchoui pour les musulmans, civils et militaires. (à l'occasion de la fin du Ramadan ? ). Je me souviens être passé à côté au moment où un homme s'apprêtait à égorger un mouton avec un large couteau en forme de serpe. [Il peut aussi d'agir de l'Aïd el Kebir, qui commémore par l'égorgement rituel d'un mouton, la soumission d'Abraham, qui était prêt à sacrifier son propre fils Ismael mais arrêté par la main de Dieu qui aurait envoyé un mouton pour remplacer Ismaël]
Le bâtiment "Restauration"
En juillet 1955, un des deux réfectoires tout nouvellement mis en service le mois précédent.
Le Mess : Christian Roux se souvient qu'en 1961-1962, l'aile du bâtiment restauration, située le plus près du bâtiment A ou T1 de la troupe, hébergeait le mess, réservé aux sous-officiers.
Le foyer
Le bâtiment "Services Généraux, Réfectoire, Cuisines et Installation Frigo" et au fond,le Poste de Police à l'entrée du camp
Précisions de Pierre Vantalon : je ne crois pas que le Service Général, domaine du célèbre capitaine Galipienso, était accolé au bloc restauration, mais qu'il était plutôt accolé à l’arrière du poste de police
Commentaires de Théo Photo du bâtiment "Services Généraux, Réfectoire, Cuisines et Installation Frigo", probablement prise depuis le toit-terrasse du T2. A gauche les cuisines proprement dites avec l'énorme cheminée aération qui surmonte le bâtiment et à droite sur deux niveaux les salles réfectoires ultra modernes à l'époque.
Précisions de Pierre Vantalon : je ne crois pas que le Service Général, domaine du célèbre capitaine Galipienso, était accolé au bloc restauration, mais qu'il était plutôt accolé à l’arrière du poste de police
Les cuisines (mises en service en juin 1956)

Retour haut de page

Le bâtiment "A" de face et de profil, résidence du 24ème PESOA pendant la première année de service
Commentaires de Théo
Photo prise depuis le bâtiment T2 (il y avait le T1 et le T2), je n'ai pas connu d'autres bâtiments T… jusqu'à mon départ en octobre 1960. D'ailleurs je logeais au T1 qui hébergeait les stagiaires sous-officiers Corps de Troupe qui venaient se spécialiser à l'École. Ces bâtiments comprenaient au rez-de-chaussée surélevé que l'on atteignait par un escalier perron assez important, 7 pièces réparties trois et quatre de chaque côté d'une installation sanitaire éclairée par un claustra de maçonnerie. Au rez-de-chaussée : salles des services, salles de cours et chambrées et salles d'étude en face des chambrées. Au premier et deuxième étages, chambrées et salles d'étude, situées de part et d'autre d'un couloir central desservi à chaque extrémité du bâtiment par un escalier de grande largeur. Mitoyen aux escaliers, à chaque palier, un chambre avec sanitaire pour sous-officier du cadre de l'École. Les salles de cours en 1955/56 étaient dans le Bâtiment T1 en rez-de-chaussée, à la place des trois chambre faisant vis-à-vis du bureau du Capitaine Auriol et celui du Lieutenant Rivière, du bureau de la Semaine et de l'adjudant de Compagnie (qui se nommait Kleiss, en 55/56 et qui avait été surnommé von Kleiss à cause de son accent prononcé et de sa rigidité). En 1955/56, chaque bâtiment avait son armurerie car dans le T1 en rez-de-chaussée et premier étage il y avait le PESOA (Peloton d'Élèves Sous-Officiers d'Active) et, en deuxième étage, le PEOR (Peloton d'Élèves Officiers de Réserve), et le T2 était réservé à la compagnie d'École, ses bureaux, services et logements troupe et encadrement célibataire
Précisions de Pierre Vantalon : quatre bâtiments recevaient la troupe, le 4ème était celui de la Compagnie d'École et des services administratifs. Je ne crois pas que le Service Général, domaine du célèbre capitaine Galipienso, était accolé au bloc restauration, mais qu'il était plutôt accolé à l’arrière du poste de police.
Commentaires de Théo Bâtiment T2 (où le Colonel commandant l'École avait son bureau et celui de son secrétariat), coté salles des Services (3) et salles d'étude (4), toutes éclairées par de très larges baies vitrées. Sur l'autre côté du bâtiment les chambres aux trois étages avaient une loggia balcon séparée de la suivante par un moucharabieh en béton (si mes souvenirs sont bons), peint en rouge sombre! A chaque étage au centre du bâtiment se trouvaient les sanitaires ( W-C et douches) célèbres pour les corvées de nettoyage à la brosse à dent et lame de rasoir…! En sous-sol il y avait aussi des salles de cours d'exploitation : télétype, radio , fil et autres. En bout du bâtiment, en sous-sol aussi il y avait une buanderie-lavoir pour les stagiaires.
Commentaires de Christian Roux Le bâtiment B ou T2 abritait l'Infirmerie. C'est là qu'un médecin officier (commandant ou capitaine) m'a fait passer la première visite médicale. Il y avait aussi un médecin aspirant. Les vaccins étaient faits dans ce bâtiment. Il y avait au moins un infirmier et un chauffeur avec un véhicule sanitaire pour emmener les consultants à l'hôpital Maillot. Il y avait au moins une chambre, voire plusieurs, pour y soigner les malades. Je ne sais si l'infirmerie prévue devait occuper tout le bâtiment. L'infirmerie que j'ai connue occupait la partie de rez de chaussée du bâtiment B situé près de l'entrée. Le médecin avait son bureau sur la gauche du couloir. Les vaccins se faisaient dans une pièce située en entrant à droite.
La présence d'antennes sur le toit laisse supposer qu'il s'agit peut-être du bâtiment T4 (ou D) qui abritait le commandement
Un des bâtiments "troupe" : le T1, le T2 ou le T3 (A, B ou C) ?
Encore une vue d'un des bâtiments "troupe" : le T1, le T2, le T3 (A, B ou C) ?
Un des bâtiments, probablement T1 (ou A) ou T2 (ou B) de l'EMAT/AFN. La présence de grands tentes, à gauche laisse supposer que tous les bâtiments (T3 ou C et T4 ou D, livrés en 1960) n'avaient pas encore été achevés et qu'il avait été nécessaire d'établir ce campement pour pour héberger certaines activités (à confirmer). Dans le bâtiment A ou T1 étaient hébergés le peloton sous-officiers au rez de chaussée et le peloton EOR à l'étage. Au sous-sol il y avait quelques petites salles de formation pratique (manipulation des armes entre autres) avec un accès en forme de labyrinthe pour, paraît-il, résister en cas de souffle d'une bombe nucléaire !

Maurice Viot : Une chambre à Air de France. Pour anecdote, nous avions deux matelas, l'un sur l'autre, ce qui explique les beaux lits au carré). Nous étions les premiers arrivants à Air de France en mars 1955 Quel changement par rapport à Aumale !

Le nombre de grandes tentes montées en périphérie des bâtiments de l'EMAT (probablement au voisinage de la cité de la Police et de la cité Fougeroux) ainsi que la présence de poteaux téléphoniques ou pour l'alimentation électrique semblent indiquer une certaine pérennité de ces installations "provisoires".
Précisions de Christian Roux : le 22 février 1962, 900 militaires en tenue camouflée, commandos de la Coloniale avec 28 camions et des jeeps ont installé leur campement sur le terrain de l'EMAT dans des tentes toujours prêtes sur place pour accueillir les bataillons en stationnement. Ce qui confirme "une certaine pérennité de ces installations provisoires", et qui n'exclut pas que d'autres tentes aient été installées pour une situation exceptionnelle.


Retour haut de page
Encore en construction, les bâtiments des ateliers auto (à droite) qui seront mis en service en juillet 1961 et le bloc instruction (à gauche) qui ouvrira en octobre 1961. A droite de la route, le lotissement Lafumée, et, au bout de cette route, le chenil de la Gendarmerie. Au fond, le camp du train de Béni-Messous (CIT 160, GT 520)
Derrière le poste de Police, le bâtiment des ateliers auto, encore en construction, implanté sur la piste FRAC (formation rationnelle accélérée de conducteurs automobile), ne sera mis en service qu'en juillet 1961. A droite de la route, le lotissement Lafumée, et au fond, le chenil de la Gendarmerie.
Le bâtiment "Instruction" et ses salles de cours, encore en construction, qui ouvrira en octobre 1961. Au delà de la route de Béni-Messous, de part et d'autre de la rue de Bourgogne, le lotissement Lafumée,(à gauche) et le lotissement Bachelier (à droite).
Commentaires de Théo Là, j'avoue ma perplexité. Cette photo est prise des toits-terrasses du bâtiment "Technique"en direction des immeubles civils situés derrière "La Côte d'Or" dans Air de France. Je me trompe peut-être mais …je n'ai absolument pas souvenir de ces immeubles dans le périmètre du camp. (Selon Francis, il pourrait s'agir très vraisemblablement des immeubles de la Cité Fougeroux construits en 1957 ou 1958).
L'arrière du domaine de l'EMAT/AFN avec vue sur la Cité Fougeroux et la Cité de la Police
Deux postes de garde, au bout du bout du domaine de l'EMAT/AFN, à la limite de la cité de la Police et de la cité Fougeroux dont on distingue les bâtiments
Poste de Police Place d'Armes Route de Béni-Messous Entrée du camp école en préfabriqué Laiterie Djaffer Cité Fougeroux école d'application Mairie annexe 7ème arrondissement Réfectoire & Services Généraux bâtiment technique & service des essences bâtiment en construction Bâtiment "T1" ou "A" Bâtiment "T2" ou "B" Bâtiment "T3" ou "C" Bâtiment "T4" ou "D" Piste FRAC Route de Bouzaréah Collège Baranès Lotissement Bachelier Lotissement Lafumée
Retour haut de page
Bâtiment "Atelier Auto" Bâtiments "Troupe" Poste de Police Place d'Armes Bâtiment "Instruction" Bâtiment "Technique" Restauration Cuisine Entrée de l'EMAT Lotissement Lafumée Lotissement Bachelier Route de Bouzaréah